(paru dans l’avenir de l’artois du 12 mai 2016)

Si la police nationale était une entreprise privée, on pourrait presque parler de plan social : en quatre ans, le commissariat d’Arras a perdu 32 % de ses effectifs, les voyant passer de 201 fonctionnaires à 136. « Il y a beaucoup de départs à la retraite », précise Philippe Bochu, policier arrageois et délégué local Unsa. En fin d’année, ce sera aussi la quille pour dix d’entre eux: « Avant, les policiers repartaient pour un an ou deux en plus. Maintenant, s’ils peuvent partir un an avant, ils le font. Parce qu’ils en ont ras-le-bol ».

Lire la suite