Le plan de sauvegarde de l’emploi a été initié à la suite de la fermeture du Service d’Accueil des Personnes Migrantes et du centre Jules Ferry suite au démantèlement de la « Jungle » de Calais.

Le contexte :

Le fonctionnement de ces structures avait été confié à La Vie Active par l’Etat. Des conventions avaient été signées dans ce sens. Depuis deux années, des salariés recrutés par La Vie active se sont investis dans l’accompagnement des personnes migrantes en lien avec les associations humanitaires qui officiaient déjà auprès de cette population.

En octobre 2016, l’Etat a décidé de démanteler « la jungle » et de diriger les personnes migrantes vers des Centres d’Accueil et d’Orientation sur tout le territoire français. Les conventions étaient dénoncées par l’Etat et les structures gérées par la Vie active n’avaient plus lieu d’être.

Nous nous sommes retrouvés face à une procédure de licenciement économique officialisée le 16 novembre 2016.

… / … Lire l’intégralité de la déclaration intersyndicale .

Le SNPCE-UNSA majoritaire au sein du comité d’entreprise veillera , dans le cadre de l’intersyndicale à ce que ” chaque salarié dans cette situation soit respecté, que les mesures d’accompagnement du Plan de Sauvegarde de l’Emploi soient déclinées de manière transparente.”